Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d' Isabelle BIGAND VIVIANI - Montgeron ma ville

La femme la plus embrassée au monde

17 Novembre 2015, 00:44am

Publié par blog.lemonde

De @PHL

http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/files/2012/11/Linconnue-de-la-Seine.1.jpg

 

C'est un drame anonyme qui devient légende, une mort qui sauve des vies.

L'histoire d'une jeune femme qui restera à jamais sans nom ni prénom et passera à la postérité comme "l'inconnue de la Seine". A la fin du XIXe siècle à Paris, la morgue, alors située sur l'île de la Cité, était un endroit très couru. Des centaines voire des milliers de personnes y défilaient chaque jour pour jouir d'un macabre spectacle, comme si l'endroit était une résurgence de feu le boulevard du Crime. Sur des tables inclinées de marbre noir, on exposait, séparés du public par une vitre, les cadavres non identifiés ramassés sur la voie publique ou repêchés dans la Seine.

Avec l'espoir que quelqu'un les reconnaîtrait.

 

C'est là que, au cours des années 1880, termine le corps sans vie d'une femme trouvée dans le fleuve. Il ne porte pas de marque de violence et le médecin légiste conclut au suicide. La beauté et le sourire énigmatique de la jeune femme fascinent un employé des lieux au point qu'il réalise un masque mortuaire. Précisons tout de même qu'une autre version dit qu'il s'agissait du moulage effectué sur le visage d'une jeune modèle morte de la tuberculose en 1875. Quoi qu'il en soit, c'est la légende de la noyée au sourire de Joconde qui prend. Au point que les masques vont se vendre comme des petits pains.

Le masque de cette femme comme rassérénée par la mort va, comme l'a écrit Hélène Pinet à l'occasion de l'exposition "Le dernier portrait" en 2002, acquérir "au fil des ans une dimension mythique et esthétique qui l'a transformé en objet de décoration et de fantasmes". A partir de la fin du XIXe siècle, l'image se diffuse dans toute l'Europe et impressionne, des décennies durant, de nombreux artistes. 

La suite : ICI

Commenter cet article