Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d' Isabelle BIGAND VIVIANI - Montgeron ma ville

Murray Head , l'interview et le concert

12 Novembre 2010, 16:05pm

Publié par Isabelle et Jacques

Murray Head

 

Murray Head a eu la gentillesse de bien vouloir nous  accorder un entretien pour le blog , en prélude à son concert du 9 novembre à Montgeron. Il est arrivé tôt – vers 16H15  tandis que ses musiciens se trouvaient coincés sous la Manche, dans l’Eurostar .Il nous a consacré une bonne heure et demie .Murray Head

Un entretien avec Murray est forcément une «  épreuve », pour celui  qui est censé le dirigé l’interview, surtout lorsqu'on est pas un professionnel !!!

 

Nous tenons à remercier  l'artiste et son équipe qui ont rendu ce moment possible ainsi que Lorelei notre photographe, et Marion, la caméra-women  .

 

En ce qui concerne l'organisation du concert, l'équipe du service culturel a été à la hauteur d'un tel événement . La préparation d'un concert de cette importance, nécessite beaucoup de travail , de patience . Il faut gérer le contrat avec l'artiste mais aussi la logistique (instruments, repas, équipes techniques …). Un grand bravo 

Il ne sert à rien de préparer des questions précises pour obtenir des réponses du même ordre.

Avec Murray, la discussion est comme le personnage, libre et partant dans tous les sens tout en restant structurée. Je vais donc tenter de retranscrire sa pensée en respectant scrupuleusement ses propos .

Alors ne vous attendez pas à la formule traditionnelle « questions réponse »  mais sous forme thématique.

 

L'artiste est prés de son public, prés des gens, accessible, clown, rieur, taquin, engagé, disponible et d''une gentillesse exceptionnelle !!!

Et , Isabelle de rajouter, d'un charme exceptionnel !


 

Montgeron Ma Ville : Murray, parle nous de ton succès planétaire Say it ain’t so, Jo, et  de son rapport avec « Nixon le menteur «  et le Watergate .

 

Murray Head :Cette chanson n’est pas une chanson politique, c’est avant tout un cri de révolte contre les pouvoirs corrompus.

Elle fait allusion à un joueur  américain de base-ball Joe Jackson, adulé dans les années ’30 qui a accepté de l’argent en échange d’un match truqué.

Il a été obligé d’arrêter sa carrière prématurément car dans les tribunes les gens hurlaient Say it ain’t so, Jo? (pourquoi tu as fais ça Jo).

Le rapport avec Nixon était une évidence pour moi : tu as été élu par le peuple américain et, tu le trompes . Et toi peuple pourquoi ne te révoltes tu pas ?

Heureusement très vite le Washington Post s’est emparé du Watergate  (mais il n’y avait pas que cela de pourri chez Nixon) avec les conséquences que tu connais. Je ne suis pas sûr que la presse, tant au USA qu’en Europe, soit aussi propice à l’investigation actuellement…

Cette chanson est donc un cri : révolte-toi, n’accepte pas n’importe quoi du pouvoir. Contrôle le toujours. Refuse l’impuissance et la facilité.

Certains ont cru bon d’occulter tout cela  et y reconnaître uniquement une jolie mélodie dansante . Pour draguer.  Un jour un couple m’a même avoué : « vous savez notre enfant a été conçu sur Say it ain’t so, Jo ! "

(Cela n’est pas sans rappeler  la « ballade de Sacco & Vanzetti » de Joan Baez que quelques-uns assimilaient à une chanson pour danser. Note de MMV)).

A la suite de cette réussite,  les producteurs ont voulu que je reproduise ce succès. Mais une révolte est un instantané! et je me suis toujours refusé à devenir conventionnel.

 

MMV :Tu fais parti  de la génération « Woodstock » - En 1969 à 23 ans,  tu interprétais Judas dans Jésus Christ Superstar et, pourtant tu n’as pas eu le « destin » des Jim Morrison – Jimi Hendrix ou Janis Joplin…

M.H. :Justement parce que j’ai toujours refusé le formatage exigé par les producteurs qui utilisaient les talents incontestables des autres pour se faire du fric sur leur  dos, quitte,  à les voir mourir, à 25 ans !

J’ai toujours refusé de reconnaître que les financiers étaient supérieurs aux artistes. Vous dites en France les Géomètres et les Saltimbanques je crois ?


Prenons l’exemple actuellement d’émission de type « Star Ac » produite sur le même moule dans le monde entier. Les chanteurs chantent  bien, c’est su,r mais ils n’y a  pas d’âme.

Ils  ne choisissent pas leurs chansons. Là encore, ils sont formatés,  par deux ou trois majors et les « leaders » d’opinion.

Ces jeunes ont besoin de la scène, d’apprendre et pas d’être projetés Star alors qu’ils sont encore nus ! Ils sont choisis parce qu’ils sont ceci ou, cela avant tout !

 

MMV :Et le cinéma Murray, tu l’as  abandonné ?

M.H : Pas du tout.  J’ai régulièrement de longues rencontres avec des metteurs en scène, des scénaristes. 

J’ai joué par exemple un avocat  américain retraité et désabusé dans No Pasaran, un long métrage d’Emmanuel Causé et Eric Martin,  sortit  l’an passé. Cet homme prend fait et cause pour des fermiers, des habitants  de la vallée d’Aspe, qui voient le projet d’une autoroute défigurant leur vallée poindre.

Les gens du coin étaient très impliqués,  mais les pouvoirs publics, maires préfets etc.…  nous ont mis les bâtons dans les roues. Les producteurs français de films ont sorti en tout et pour tout 60 copies pour toute la France,  sans aucune publicité. Ce film courageux n’a pas pu  rencontrer son public, car quoi que l’on dise ou écrive, le cinéma reste aux mains des majors américains.

C’est ce cinéma, celui de Molinaro qui m’intéresse maintenant que je vieillis.

Il s’éloigne de ce que je faisais en 1967, à 21 ans. Mon second rôle était dans « A cœur joie » de Serge Bourguignon. La vedette du film était Brigitte Bardot qui jouait aux cotés de Laurent Terzief et Jean Rochefort.

Des scènes devaient être tournées à Londres et comme j’étais le petit anglais de service, l’équipe technique présumait que je devais connaître les boites à la mode !

 Ursula Andress, qui était amie avec B.B., un soir l’a rejoint et……… on m’a demandé de les escorter dans un endroit branché.

Tu t’imagines un instant, moi, petit mec inconnu : je rentre dans une boîte avec à ma droite B.B.  et Ursula Andress, à ma gauche 31 ans, les deux plus belles femmes du monde à l’époque. J’étais le Roi du monde, tout le monde me regardait, m’enviait. La planète était à mes pieds.

Mais j’ai vite compris que c’était vain, inutile et que ma vie ne serais pas réussi de cette façon. Je vis très bien merci et,  des concerts dans des salles de 200 à 400 personnes,  permettent de m’éclater, de rencontrer un par un mon public, d’échanger. C’est cela vraie vie non ? La rencontre…La preuve, C’est ce que nous faisons en ce moment.

 

MMV :Tu parles d'un français parfait !  A quoi est du cette maîtrise?

M.H. : A 4 ans mes parents m’ont placé dans une école française à Londres. J’apprenais votre culture,  mais l’éducation restait anglaise. Châtiments corporels  sur châtiments corporels se succédaient. Aujourd’hui encore, à 64 ans je conserve les cicatrices de ces moments atroces. Il fallait voir ce que les professeurs vous infligeaient, c’était de la torture morale et physique !

Puis, adolescent, je suis parti en France près de Grenoble. J’ai vraiment gouté alors à votre culture, votre cuisine, vos vins vos paysages …et vos femmes. Parce qu’il faut bien le dire les femmes françaises restent les plus belles au monde même si elles sont les plus exigeantes !

J’ai compris aussi le besoin de la jeunesse française de se réveiller car elle étouffait avant 68.

 

MMV : Tu sembles aimer particulièrement la France ?

M.H. : Je veux mourir en France et y être enterrer. J’ai un amour particulier pour le Béarn et la région d’Oléron. Là, les gens sont authentiques. Les paysans vivent encore difficilement de leur terre, de leur élevage. Ils sont vrais.  D’ailleurs j’ai été déçu tout à l’heure en arrivant à Montgeron : je pensais voir des vaches, c’est fini il n’y a plus de prés, plus de nature chez vous ?

 

MMV : La dernière ferme a fermé il y a 20 ans, mais, nous avons des espaces verts exceptionnels comme La Forêt de Sénart ,tout à coté. Nous sommes privilégiés en Ile de France, tu sais….

M.H : C’est ça qui me manque et que j’aime retrouver en France : la nature, les rapports humains non faussés dans un monde paysan encore préservé,  mais pour combien de temps ?                       

En Angleterre depuis les ères Tacher et Blair, nous n’avons plus d’agriculture. Nous croyons encore avoir un Empire, alors que nous n’avons plus rien, alors il faut continuer à résister ! Ne faites pas comme nous…

 

Murray nous a ensuite consacré de longues minutes « off » et ,s’est prêté avec joie, au jeu des dédicaces.

Une bien belle rencontre !  Une journée EXTRA !

 


Un super concert ! la salle des fêtes était pleine . Murray est descendu de nombreuses fois de la scène pour retrouver son public .

Ses musiciens : ses 4 musiciens :


-  Batterie :Tim Goldsmith
 - Basse/Guitare : Phil Palmer
-  Violoncelle/Cordes: Geoffrey Richardson
-  Claviers/Basse: Jennifer Maidman


Retrouvez les photos de l'interview et du concert : ICI

 

De mini vidéos du concert : murray-head 0216 murray-head 0216  murray-head 0217 murray-head 0217

D'un extrait musical :Memo Memo

 

Site officiel de Murray Head : http://www.murrayhead.org/Default.asp?Language=FR

 

 

Commenter cet article

Violaine 11/11/2012 21:20


Un bien beau concert, j'ai encore plein de souvenirs en tête !

Lyreco 15/11/2010 09:19



Un grand moment et Murray et l'interview.



Isabelle & Jacques 14/11/2010 15:37



Depuis sa parution jeudi soir cet article a été lu par plus de... 1600 personnes et pas seulement à Montgeron puisqu'il a été repris par beaucoup de sites dédiés à Murray Head et ses
musiciens un peu partout.


Vous avez laissé 80 commentaires : le record absolu sur ce blog depuis sa création il y a 18 mois.


Merci à tous pour vos encouragements, vos félicitations et aussi vos nombreux messages privés.


Une spéciale dédicace à  Nelly et Françoise, les premières "accros" de Murray qui ont cru reconnaître dans notre travail une certaine qualité.


Et rassurez vous....ON CONTINUE !!!


 



Didier R. 13/11/2010 22:53



Je ne sais pas si j'ai raison mais j'ai l'impression que ça fait longtemps qu'autant d'enthousiasme et de joie n'avaient traversé Montgeron.


Je viens de lire sur le site de Murray Head et de ses officionados que c'était mardi dernier à Mgt l'un de ses meilleurs concerts récents. Je plains celles et ceux qui n'ont pas eu la chance
d'assister, de vivre, de participer à ces 150 minutes de folies.


Merci Murray !  



Vigneux avec Murray 13/11/2010 22:37



Musiciens au top, sono au top, Murray au top, public réceptif....Que demander de plus ? Et bien que Murray reviennent vite dans le coin on l'attend.....à Vigneux pour changer !!!!