Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le blog d' Isabelle BIGAND VIVIANI - Montgeron ma ville

Draveil , l'esprit des Aulnes

, 08:39am

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/e3/Blason_ville_fr_Draveil_%28Essonne%29.svg/100px-Blason_ville_fr_Draveil_%28Essonne%29.svg.png

Les meubles présents sur le blason symbolisent la commune : l’arbre pour la forêt de Sénart, les ondes d’argent les cours d’eau de la Seineet du ru d’Oly, les roses les trois agglomérations du centre-ville, de Champrosay et de Mainville et les glands les sept lettres du nom de la commune

 

La CASVS, communauté d’agglomération Sénart Val de Seine est composée de 3 villes, Montgeron, Vigneux et Draveil  .

Nous allons aujourd’hui parler un peu de Draveil, cette ville amie de 29 000 habitants .

La Seine borde une large part du territoire à l’ouest en formant une boucle autour de nombreux étangs occupant son lit originel, des ruisseaux, dont celui de Maupertuis, et rigoles irriguent la forêt de Sénart. 

Draveil a un long passé, ainsi la présence humaine durant la période néolithique est attestée par la découverte du menhir appelé La Pierre à Mousseaux daté du IVe avant Jésus-Christ et confirmée par la présence d’outils et armes en silex taillés à Mainville (actuellement visible au port aux cerises).

Les Gaulois nommaient le lieu Dracvern signifiant « l’esprit des Aulnes ». Les Romains l’appelèrent Dravernum. À l’époque mérovingienne était installé dans ce lieu un atelier de monnaie, dont fut extrait un tiers de sou d’or portant le nom Draverno, aujourd’hui conservé au cabinet des médailles de la bibliothèque nationale de France.

Au XIe siècle, Draveil est possédée en partie par des seigneurs laïques (Hugues de Draveil 1093, Robert de Dravello, 12e), en partie par l’abbaye de Sainte Geneviève (ChampRoset).

La ferme de Champrosay appartenait à l’Hôtel-Dieu de Paris et servait au ravitaillement du grand hôpital. Les produits de la terre étaient acheminés par la voie de Seine. Ils étaient embarqués au Port-aux-Malades dont le chemin d’accès a conservé le nom.

La seigneurie appartint ensuite aux dames de l’Abbaye royale de Saint-Louis de Poissy (religieuses).

Draveil est déjà divisé en trois noyaux de population : le centre, cœur du village autour de l’église, du cimetière et de la ferme seigneuriale des Dames de Poissy ; la partie haute occupée par les Mainvillois, vignerons, bûcherons et maraîchers ; Champrosay, cadre résidentiel pour les bourgeois de Paris ou les malades de l’Hôtel-Dieu, dominant la Seine et ses ports de ses coteaux viticoles et de ses belles demeures en pierre de meulière.

En 1720, les Dames de Poissy cédaient leurs droits à un fermier général, Marin de La Haye.,Grand percepteur des impositions indirectes, qui  fait édifier un château, actuellement Paris-Jardins, centre de la vie sociale de Draveil.

Pendant des siècles, la communauté (et ses syndics) réussit à préserver ses biens communaux contre les justices royale et seigneuriale, et à reconstruire son église, à la veille de la Révolution.

Au cours de la décennie révolutionnaire, les seigneurs laissent la place aux notables, qui vont dominer le XIXe siècle.


http://www.draveil-laplace.com/chateau-PJ/IMG/index.jpg

Chateau Paris-Jardins

Site : ICI

 

Au cours du XIXe siècle la population passe de 1000 à 2300 habitants.

http://img4.hostingpics.net/pics/331712DraveilLavillaRuedeJuvisy.jpg

Le premier lotissement du bord de Seine est le quartier de la Villa construit entre 1867 et 1890. Le pouvoir est disputé entre les représentants des vignerons et artisans d’une part, et les notables de Champrosay, plus « parisiens » et « libéraux », d’autre part.

Eugène Delacroix, Alphonse Daudet, Félix Nadar comptent parmi les hôtes illustres de ce siècle de villégiature, à côté de Désiré Dalloz , de Paul Lafargue, de Delacroix ou Alphonse Daudet ...

Le XXe siècle est celui des lotissements et du passage du statut de village à celui de ville.

Jusqu’en 1957 dominent les lotissements pavillonnaires, de la première cité coopérative de France, celle de Paris-Jardins, aux coteaux de Champrosay, en passant par les « cabanons » de la Plaine des Sables.

Après 1957 alternent les ensembles collectifs moyens, socialement différenciés et les pavillons. D’un côté, sont construits Villiers, en 1958, Danton, Brossolette, Les Mazières, les Bergeries et l’Orée de Sénart en 1966 ; de l’autre, le Parc de Champrosay et les rives de Seine.

http://41.img.v4.skyrock.net/414/banlieueparis/pics/497585402_small.jpg

Les bergeries

Par son histoire, Draveil possède donc de remarquables monuments historiques dont le château de Villiers (inscrit aux monuments historiques), le château de Paris-Jardins, le château des Bergeries, le château de Champrosay ou encore le château des Sables.

 http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/ac/ChateauDeVilliers.jpeg

Le château de Villiers

En savoir plus : ICI

http://fr.topic-topos.com/image-bd/france/91/chateau-des-bergeries-draveil.jpg

Le château Des Bergeries (actuelle école de police)

En savoir plus : ICI

http://www.draveil.fr/uploads/RTEmagicC_chateau_des_sables_09.jpg.jpg

Le Château des Sables

Quelques chiffres clés :

·       Population : 28 097 hab

·       Densité (1999) : 1 784 hab / km²

·       Revenu par ménage : 21 119 € / an

 

Maire: Monsieur Georges TRON
97Bis bd Henri Barbusse
91210 - Draveil
Tél : 01 69 52 78 79

Site de la ville : www.draveil.fr/