Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le blog d' Isabelle BIGAND VIVIANI - Montgeron ma ville

Quartier Dumay Delille

, 19:29pm

Le Lotissement DUMAY – DELILLE

par Dominique DUMAY

 

Savez-vous d’où viennent les noms des rues du lotissement DUMAY ?

  DUMAY Pierre 38 ans

Boulevard DUMAY-DELILLE :  noms du couple des « lotisseurs »

Rue Pierre : prénom du lotisseur               

Rue Rosalie :  prénom de son épouse

Rue Champion : surnom du « lotisseur »

Avenue Lucie : prénom d’une de ses filles

Rue Marguerite : prénom d’une autre de ses filles

Rue Charles : prénom de son fils

  

Histoire du couple :

 

Pierre Jules dit “Champion” DUMAY (1848 – 1925) né à Montgeron (Seine et Oise) le mercredi 29

novembre 1848.

Son père, Charles (1812-1874) était fermier à Montgeron. Il avait quitté son Morvan natal à la mort

de ses parents (son père Jacques était mort en 1823 et sa mère en 1833) sans doute pour « monter à ParisDUMAY Pierre 128 » en espérant y trouver une vie meilleure. 

Sa mère Marguerite GRAVOT (1816-1863) était originaire de Branles (Seine et Marne) où son père était maréchal-ferrant.

 

Il avait 2 frères : Charles Victor et Jules né en 1839, et trois sœurs : Joséphine Octavie, Reine et Marie Marguerite.

 

Avant de travailler à la graineterie de son père, il est cocher de fiacre. 

 

Il l’épouse à Lieusaint en 1874 Françoise « Rosalie » DELILLE, fille d’un propriétaire de Lieusaint. Pierre est alors déclaré grainetier, Rosalie sans profession.

 

Ils auront 3 enfants : Marguerite, Lucie et Charles.

  DUMAY Pierre en famille

 de haut en bas et de droite à gauche :

 Marguerite DUMAY – « Rosalie DELILLE » - Pierre DUMAY – Lucie DUMAY

 Rosalie SAIVE - Léon DELILLE – une amie - Charles DUMAY

 

En 1876 il achète un terrain à Montgeron, au lieudit « La Navette », d’une superficie de 4712 m² et y fait construire une maison dite La ferme du Point du Jour » qui deviendra plus tard le 121 rue de Paris.

 

Au cours de l’année 1888, il devient Conseiller municipal de la Ville de Montgeron. Il fera partie de la Commission des Chemins Vicinaux et restera Conseiller Municipal au moins jusqu’en 1919.

 

Au cours de sa vie active, il fut plusieurs fois mis à l’honneur et décoré :

·         Médaillé d’or de la Société Nationale d’Encouragement à l’Agriculture et à l’Horticulture

·         Médaillé de vermeil de la Société d’Agriculture de Seine et Oise du Concours Général de 1894

·         Médaillé d’argent de la Société Nationale d’Encouragement à l’Agriculture « Paix et Travail »

  DUMAY Pierre dictionnaire

Il est à noter que certains renseignements le concernant et indiqués dans « Les dictionnaires départementaux », édition SEINE ET OISE Dictionnaire Biographique & Album, Librairie E.Flammarion – Néauber et Cie Editeurs, 14 rue du Regard à Paris, en page 192, sont erronés, notamment sa date de naissance.

 

Dès 1890, il commence à acheter des terres à Montgeron, et en 1902, il acquiert une pièce de terre à Montgeron « La Sole des Bois » de 240 444 m². C’est sur cette parcelle que sera édifié le « Lotissement Dumay ». L’ensemble de la voirie du lotissement fut terminée en 1926. Les ventes des parcelles ont commencé dès 1921 et se continueront après sa mort. DUMAY Charles graineterie

 

Il vend la graineterie à son fils Charles .

  Pierre DUMAY décède le 5 mai 1925 à son domicile (121 rue de Paris) à Montgeron où il est inhumé.

Son épouse « Rosalie » décède à Montgeron en son domicile, le 1er août 1944 à 89 ans.

 

Leur fils, Charles, né en 1886, avait donc repris la graineterie. Il s’était marié en 1911 avec la fille d’unDUMAY Charles souvenez vous 1 jardinier d’Avon (77) qui lui donna 2 fils : Marcel et Jacques.

En 1914, il part à la guerre et est incorporé au 289ème Régiment d’Infanterie. Il est blessé le 6 septembre 1916 à Monthyon (77) lors de la Bataille de la Marne, et est envoyé à l’hôpital à Saint-Sevran près de Saint-Malo. Il rentre à la fin 1914, remonte au front pour la bataille de Crouy, et est envoyé dans la Somme pour la bataille de Notre-Dame de Lorette. Il y est tué le 23 juin 1915.

Il a été fauché par une mitrailleuse, alors qu’il effectuait une corvée pour  ravitailler en eau un autre

Régiment que le sien (le 282ème R.I.) qui était en première ligne à Cabaret-Rouge, sur le territoire de la commune

 de SOUCHEZ (Pas de Calais) non loin de la colline de Notre-Dame de Lorette, et après s’être perdu dans le

dédale des tranchées abandonnées. Il est mort en 7 à 8 minutes d’une hémorragie, refusant d’être

secouru, jugeant sans doute sa blessure trop grave.

 

Il fut décoré de la médaille militaire et de la Croix de Guerre.

 

Après la guerre sa dépouille fut ramenée à Montgeron le 10 décembre 1922 et, l’inhumation eut lieu dans le caveau familial.

Il laisse donc une veuve et deux fils.

 

L’un d’eux, Jacques, le plus jeune, né après 5 mois après le décès de son père est « Mort pour la France » en juin 1940. Il faisait partie du 41ème Bataillon de Chars de Combat.

 DUMAY Jacques DROME 1

                        

L’autre, Marcel (1913-2006) a eut 3 enfants. Je suis le fils….

 

Retrouvez le quartier de nos jours : Le quartier Dumay Delille Le quartier Dumay Delille